Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Et si la France devenait un paradis fiscal ?

Publié par FB sur 18 Décembre 2012

Utopique dites vous ? Pas si sur...

"L'affaire Depardieu" déchaine les médias, et si notre Gérard national est la cible des attaques du gouvernement, ce dernier semble faire bien peu de cas des milliers d'autres riches français exilés, dont certaines personnalités médiatiques ayant d'ailleurs clairement donné leur soutien au président actuel.

Quel est vraiment le fond du problème ? Le problème est que d'autres cieux offrent un avenir meilleur au capital soit familial (héritage) soit durement acquis (entrepreneurs/startup) ou encore acquis par une prise de risque majeure (grands patrons).

Ce qui se dit : "Les riches quittent le navire et ne sont pas solidaires". Peut être. Mais s'est t-on réellement posé la question du pourquoi ? S'est on demandé si l'on y pouvait quelque chose ?

Non ! Ce gouvernement préfère soulager les bourses des français avec le sourire pour ensuite octroyer des annulations de dettes à la Côte d'Ivoire ou encore des millions d'euros à répartir entre tous les Ministres et leurs collaborateurs.

Mais si on reprend l'exemple de Monsieur Depardieu (je dis Monsieur car je pense que comme chacun d'entre nous, il mérite d'être respecté) a t'il refusé de payer ses impôts sous les gouvernements de droite ? Non. Et pourquoi ?

Tout simplement car il savait que la politique qui était menée, même si sans doute elle aurait pu être encore meilleure, allait dans le bon sens. Il savait que l'argent du contribuable n'était pas jeté par les fenêtres dans des hypothèses de croissance fumeuses à contre courant de toutes les prédictions des hypothèses d'organismes spécialisés dont c'est le métier.

Car il est là le fond du problème. Que fait on de l'argent ainsi collecté ? On colmate, on patche, on bouche, on masque mais on ne traite pas le fond avec des visions d'avenir pour la France. Du coup l'argent du contribuable est dispersé façon puzzle au 4 coins de la France et du Monde. En gros, on dilapide les richesses récoltées sur le dos des français qui triment toute la journée pour boucler leur fin de mois, tandis qu'à l'Elysée on dépense 50.000 € par exemple pour refaire le site de l'Elysée afin que Madame Trierweiler ait une rubrique dédiée entre autres. Est ce vraiment comme cela que doivent être utilisés les fonds dédiés à la solidarité ? Je me permets de poser la question !

Mais les français ne sont pas dupes, ils le voient. Les plus riches s'en vont, dégoutés du spectacle pitoyable et dégoulinant de mièvrerie de cette élite socialiste avide de pouvoir et d'ors de la République et n'ayant jamais mis les pieds dans la réalité du quotidien des français.

Les moins riches et les plus pauvres n'ont pas le choix, ils restent là par obligation ou alors partent travailler à l'étranger pour les plus chanceux. Mais la colère de ces malmenés du social libéralisme, s'amplifie à chaque jour qui passe, à chaque nouveau couac, à chaque annonce d'un cran de ceinture de plus de franchi. Les sondages actuels de l'exécutif sont une forme de représentation de cette colère.

Et la solution dans tout cela, quelle pourrait elle être ?

On critique le départ des riches vers les paradis fiscaux mais pourquoi ne prenons nous pas le problème à l'envers ?

Pourquoi ne pas faire de la France un paradis fiscal ?

L'évasion fiscale pèserait 8 milliards d'Euros par an (source TF1, JT de 20H du 17/12/2012), en gros cela veut dire qu'au lieu d'appliquer une imposition raisonnable aux riches (ce qui aurait le mérite de faire rentrer de l'argent dans les caisses de l'état), on préfère les assommer et eux, par réflexe d'auto-défense, s'évade pour échapper aux coups. Encore une fois, le mieux est l'ennemi du bien.

Alors faisons un petit exercice simple : prenons les taux moyens actuels en Europe et jouons avec le curseur pour nous situer dans les plus bas d'Europe. Quelle serait la conséquence d'une telle politique ?

Non seulement une grande part des riches français reviendrait en France pour profiter de ces avantages fiscaux, mais cela encouragerait également de riches étrangers à venir en France pour payer leurs impôts sur notre sol. Ainsi au lieu de perdre 8 milliards d'euros par an on pourrait sans doute ne pas perdre un centime, voir gagner un peu plus. Évidemment, cela nécessite un courage politique fort, et surtout en préalable il ne faut pas avoir déclaré "Je n'aime pas les riches" !!

Le résultat de la politique actuelle est de pousser les riches à quitter la France tout en espérant qu'ils resteront se faire saigner par solidarité avec un pays qui les méprise. En faisant cela, le gouvernement se prive de recettes fiscales qui manqueront cruellement dans le budget de l'année prochaine. La politique inverse qui consistait à alléger ou au pire à laisser la politique fiscale actuelle intouchée aurait permis de conserver ces "grands contribuables" dont les contributions se chiffrent en centaines de milliers d'euros voir pour certains en millions d'euros. N'oublions pas, n'oublions jamais que ces "grands contribuables" permettent à un grand nombre de concitoyens français de ne pas payer d'impôt du tout.

Je finirai par une note humoristique mais tellement réaliste afin que chacun comprenne la terrible erreur qui est en train de se jouer avec cette politique poussant les riches contribuables à fuir sous des cieux plus cléments :

Imaginons que tous les jours, 10 amis se retrouvent pour boire une bière et que l’addition totale se monte à 100€. Normalement, cela ferait 10€ par personne).

Mais nos dix amis décidèrent de payer cette facture selon une répartition qui s’inspire du calcul de l’impôt sur le revenu, ce qui donna à peu près ceci :

• Les 4 premiers ne payeraient rien. (les 4 plus pauvres selon le système que nous connaissons… NDLR)

• Le cinquième paierait 1€

• Le sixième paierait 3€

• Le septième paierait 7€

• Le huitième paierait 12€

• Le neuvième paierait 18€

• Le dernier devrait payer 59€ (le plus riche selon le système de prélèvement par « niveau »… NDLR)

Les dix hommes se retrouvèrent chaque jour pour boire leur bière et semblaient assez contents de leur arrangement. Jusqu’au jour où le tenancier les plaça devant un dilemme:

« Comme vous êtes de bons clients, dit-il, j’ai décidé de vous faire une remise de 20€ sur la facture totale. Vous ne payerez donc désormais vos 10 bières que 80€. ». Le groupe décida de continuer à payer la nouvelle somme de la même façon qu’ils auraient payé leurs taxes. Les quatre premiers continuèrent à boire gratuitement. Mais comment les six autres, (les clients payants), allaient diviser les 20€ de remise de façon équitable? Ils réalisèrent que 20€ divisé par 6 faisaient 3.33€.

Mais s’ils soustrayaient cette somme de leur partage alors le 5ème et 6ème homme devraient être payés pour boire leur bière. Le tenancier du bar suggéra qu’il serait plus équitable de réduire l’addition de chacun d’un pourcentage du même ordre, il fit donc les calculs.

Ce qui donna à peu près ceci :

• Le 5ème homme, comme les quatre premiers ne paya plus rien. (1 pauvre de plus?)

• Le 6ème paya 2€ au lieu de 3€ (33% réduction)

• Le 7ème paya 5€ au lieu de 7€ (28% de réduction)

• Le 8ème paya 9€ au lieu de 12€ (25% de réduction)

• Le 9ème paya 14€ au lieu de 18€ (22% de réduction)

• Le 10ème paya 50€ au lieu de 59€ (16% de réduction) (la plus grosse en montant, mais par forcément en pourcentage… NDLR)

Chacun des six « payants » paya moins qu’avant et les 4 premiers continuèrent à boire gratuitement. Mais une fois hors du bar, chacun compara son économie : « J’ai seulement eu 1€ sur les 20€ de remise », dit le 6ème, il désigna le 10ème «lui, il a eu 9€». « Ouais ! dit le 5ème, j’ai seulement eu 1€ d’économie »

« C’est vrai !» s’exclama le 7ème, «pourquoi aurait-il 9€ alors que je n’en ai eu que 2€? Le plus riche a eu le plus gros de la réduction »

« Attendez une minute » cria le 1er homme, «nous quatre n’avons rien eu du tout nous. Le système exploite les pauvres ». Les 9 hommes cernèrent le 10ème et l’insultèrent.

La nuit suivante le 10ème homme (le plus riche donc…) ne vint pas. Les neuf autres s’assirent et burent leur bière sans lui. Mais quant vint le moment de payer leur note ils découvrirent quelque chose d’important : ils n’avaient pas assez d’argent pour payer ne serait-ce que la moitié de l’addition…

Et voila, peu ou prou, comment fonctionne le système d’imposition que nous connaissons actuellement, avec des valeurs, et des rapports, que d’aucun d’entre nous doit pouvoir comprendre… Alors, la prochaine fois que vous décriez une baisse d’impôt pour les « plus riches » (ceux qui déboursent le plus à aujourd’hui), buvez une bière, et rappelez vous de cela avant de crier au scandale…

Source : http://www.suchablog.com/impots-une-explication-a-la-biere

Commenter cet article

Deenye 21/03/2013 15:22

C'est ça qui est bien avec ce genre d'exemple, c'est que c'est tellement facile de jouer avec les chiffres pour accréditer n'importe quelle théorie bancale!

Frédéric Blanc 24/03/2013 15:13

Avez vous d'autres théories, je suis curieux de les entendre.