Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moduler le quotient familial, la bataille des chiffres

Publié par Frédéric Blanc sur 13 Janvier 2012


J'ai été surpris de la manière dont la réforme du quotient familial a été présenté dans certains médias.
Premièrement en France, on est donc riche à partir du moment où une famille a 4000€ net/mois de revenus. Punaise, c'est donc cela être riche ? Plus la peine que je joue à Euromillions alors !
Selon France 2 (JT du mercredi 11/01 20h00) :
  • 10% des familles les plus pauvres touchent actuellement en moyenne 490€ de réduction fiscale via le quotient famililal
  • 10% des familles les plus riches touchent actuellement en moyenne 3778€ de réduction fiscale via le quotient familial
Toujours selon France 2, un famille avec 6 enfants, touchant 300 000€ / an bénéficierait de 23 000€ de réduction d'impôt.
D'accord, mais pour donner un peu de relief, pourrait on avoir en parallèle le montant versée par cette même famille aux impôts.
Si on considère le taux moyen d'imposition de 45% actuellement en France, je pense que cette famille montrée du doigt contribue de manière conséquente aux impôts du pays, même avec la réduction sur le quotient familial et les astuces d'allègement fiscal que cette famille doit sans doute mettre en place via un bon conseiller fiscal.
Après, si les différentes études à venir sur le sujet peuvent montrer que cela peut être sain pour les finances de l'état de réformer le quotient familial, pourquoi pas, mais je pense que le seuil de richesse à partir duquel on commence à "couper les vivres" devrait être drastiquement remonté.
Si les foyers les plus pauvres ne sont pas à la joie en ce moment, les classes moyennes ne sont pas forcément dans des situations idylliques. L'effort doit être fait par tous, mais il n'est pas nécessaire d'éponger les classes moyennes pour en faire de pauvres.. Sur ce genre de dossier, il serait peut être intéressant de travailler sur une certaine partie la plus riche de la population ou alors de plafonner la réduction d'impôt accordée.
Dans tous les cas, il est sans doute nécessaire de réfléchir, de murir, de réfléchir encore l'idée, d'en parler avec différents partenaires, en un mot il ne faut pas juste lancer une idée brute en l'air même si on est en période électorale.

Commenter cet article