Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La France a toujours son triple-A

Publié par Frédéric Blanc sur 15 Janvier 2012



Ce qu'il faut savoir tout d'abord, c'est que ce AAA est la note ultime d'une échelle qui en comporte 21. Concrètement cela veut donc dire, que l'on est dorénavant noté 21 sur 20, avec une perspective négative donc un potentiel futur 19/21.
Il faut savoir également que cette note a été dégradé uniquement par une seule agence sur 3 pour le moment.

Mais arrêtons nous quelques instants, si je reprends mes cours de maths, nous avons donc l'énoncé suivant :
- l'agence Fitch note la France 21/21
- l'agence Moody's note la France 21/21
- l'agence Standard & Poor's note la France 20/21
Quelle est la moyenne réelle de la France ?


Résultat : (21 + 21 +20) / 3 = 20,7 environ et si j'arrondis à l'entier supérieur, on obtiens quoi ?


21/21,  soit le triple-A

CQFD

Il faut donc modérer tout cela, les médias nous assomment avec ce triple-A perdu, mais dans les faits plusieurs choses :

  • toutes les agences ne nous ont pas dégradées, mais cela peut encore se produire 
  • les marchés ont anticipés depuis longtemps cette dégradation, nos taux d'emprunts sont presque 2 fois plus élevés que ceux de l'Allemagne
  • ce qui est rassurant c'est qu'Angela Merkel, nous a apporté son soutien (du moins officiellement)
La situation est délicate mais pas désespérée comme on essaie de nous le faire croire.

Premièrement quel est le rôle des agences de notations ?
Wikipédia nous fournit la réponse
Historiquement, les premières agences de notation sont les agences de notation financière telles que Fitch RatingsMoody's et Standard & Poor's. Ces agences opèrent, contre rémunération, à la demande des entreprises (et éventuellement des collectivités publiques) désirant être notées.

Relevons un peu le débat et voyons les conséquences que cela pourra avoir pour notre pays cette perte du AAA dont on entends tellement parler dans les médias :
  • augmentation des taux d'intérêts pour les emprunts nécessaires à la France : mais cela semble déjà avoir été anticipé ou tout du moins en partie
  • perte de crédibilité pour la gouvernance de la zone euro : là encore cela reste à prouver. La France et l'Allemagne restent 2 piliers moteurs pour une dynamique politique en Europe. Même si certains autres pays sont en meilleure situation financière, ils n'ont pas forcément le courage politique ou le charisme pour faire avancer les choses.
Bref, je concluerai ainsi :

Oui, on a perdu le triple-A et il sera difficile à obtenir à nouveau, mais ce n'est pas cela le plus important. Depuis quelques semaines, certains analystes politiques et économiques sont d'accord sur le fait que l'Europe remonte la pente doucement et cela Standard & Poor's ne semble pas en avoir tenu compte. Il faut continuer dans la voie qui a été tracé et montrer au monde que nous sommes en mesure de tirer les leçons de nos erreurs.

Commenter cet article